La Skoda Fabia


L’habitacle. Cinq personnes prennent aisément place dans l’intérieur agréablement aménagé. La banquette arrière rabattable permet d’augmenter le skoda fabiavolume du coffre à plus de 1000 litres. Des tissus clairs pourvus de motifs originaux recouvrent les sièges et les revêtements intérieurs des portes. L’habitacle est plutôt sobre, mais tous les commutateurs et toutes les manettes occupent un emplacement idéal. Les vide-poches sont en nombre suffisant et un compartiment secret se trouve sous le siège du conducteur. Le clou réside dans la boîte à gants: si le véhicule est équipé d’une climatisation, des boissons et de la nourriture peuvent y être rafraîchies.

Sous le capot. La voiture de 1,4 litre 16 soupapes sort des rayons du groupe VW. Avec ses 100 CV, c’est une nerveuse. Si on respecte le régime, son tempérament répond aux attentes, mais, dans ce mode de conduite, elle est relativement dure. Le châssis préfère une conduite rapide. Bien réglée, elle procure aussi bien sécurité que plaisir de conduite dans les virages. A la limite de l’adhérence, la Fabia commence gentiment à sous-virer. C’est une voiture qui se sent également très à l’aise sur l’autoroute.

L’équipement. Par rapport à sa classe, l’équipement de sécurité de la tchèque est très complet. Quatre freins à disques avec ABS, quatre airbags et tendeurs de ceinture ainsi que des ceintures à trois points à l’arrière assurent une bonne protection, à laquelle la direction assistée contribue également.

En conclusion. La Skoda Fabia est une voiture mûrement réfléchie. En tant que produit de la même maison, dont la sortie est prévue pour la mi-février 2000, il va certainement concurrencer fortement l’actuelle ainsi que la future Polo. Aussi et surtout par son prix avantageux qui n’est pas encore déterminé avec précision, mais qui devrait se situer au moins cinq pour cent au-dessous de la moyenne de cette classe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *