Focus sur l’homologation des jantes


Qu’elles soient importées ou produites hors de l’Union européenne, les jantes doivent être homologuées avant d’intégrer le circuit de commercialisation. Cette réglementation est indispensable pour s’assurer de leur conformité sur le plan qualitatif et veiller à la sécurité routière.

L’homologation, une obligation pour la sécurité des usagers de la route

Le changement de jantes est avant tout une volonté d’affirmer une esthétique différente pour son véhicule. Si ce remplacement tient à l’appréciation du consommateur, l’homologation est fortement conseillée. Avant de réaliser leur achat, il faut exiger leur certificat d’homologation. Attention à bien distinguer l’homologation du produit de celle du fabricant ou de l’entreprise chargée de la production. Il est tout à fait possible d’obtenir plus de renseignements auprès de son garagiste lors d’une révision Volkswagen ou d’une révision constructeur Renault.

Les différents types d’homologation pour les jantes

En fonction de la qualité du produit final et de sa provenance, on distingue plusieurs types d’homologation. Celles-ci sont dispensées par différents organismes. Leur cahier des charges varie selon leurs critères d’évaluation. Parmi les homologations les plus connues, on retrouve :

  • Le certificat TÜV : l’organisme du même nom effectue des tests qualité sur les performances mécaniques et la solidité des produits avant leur mise en vente ;
  • La réglementation ECE ONU R124 : les contrôles et autres tests basent les résultats obtenus sur la charge supportée, la corrosion, la capacité de roulage et le comportement en cas de choc ;
  • L’homologation JWL (Japan Light Alloy Wheels) : certification peu exigeante fournie par le fabricant lui-même après une inspection sommaire de la qualité.

Quelles conséquences après avoir équipé sa voiture avec des jantes non homologuées ?

Il existe plusieurs indicateurs pour différencier une jante non homologuée : son prix excessivement bas et le manque de transparence dans les informations données. Un équipement non conforme risque non seulement de mettre en danger le conducteur sur la route, mais aussi d’altérer la qualité de la conduite. Les roues peuvent être dégradées prématurément et l’axe s’endommager.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *